Comment utiliser un compost ?

La cuisine est une pièce où l’on produit un grand nombre de déchets. Plutôt que de tout jeter à la poubelle, pourquoi ne pas recycler et également composter ? Le compostage de cuisine est simple à réaliser, écologique et très économique. Suivez le guide.

  • Qu’est-ce que le compost ?

    Nous allons nous intéresser au compostage de cuisine et domestique, pouvant être réalisé en intérieur. Pour commencer, notez qu’environ 30% de nos déchets sont compostables. Il s’agit des déchets organiques. Vous en trouverez dans la cuisine : épluchures, coquilles d’œufs, marcs de café, pépins, fruits et légumes, restes de repas…mais également dans les autres pièces de la maison : mouchoirs en papier, cendres de bois, plantes d’intérieur… ainsi que dans le jardin : mauvaises herbes, gazon, fleurs fanées…Tous ces déchets vont se décomposer pour produire une matière qui pourra ensuite être utilisée comme terreau pour votre jardin, vos plantes d’intérieur ou aromatiques. Résultat : un engrais bio, de qualité et à moindre coût.

  • Bien choisir son composteur

    Commencez par choisir la manière dont vous allez composter : bac composteur, lombricomposteur (avec des vers) ou tas de compost, trois solutions s’offrent à vous. C’est la configuration de votre foyer qui va être déterminante dans votre choix. Si vous vivez en ville, dans un appartement, optez pour un modèle de bac composteur discret, de la taille d’un seau ou d’une poubelle, que vous pourrez dissimuler sous l’évier ou dans un meuble bas de cuisine. De nombreux modèles existent dans le commerce, discrets, fonctionnels et même au design tendance pour certains et à tous les prix. De plus, ces composteurs d’appartements ne dégagent aucune odeur s’ils ne sont pas exposés en pleine chaleur. Même chose avec le lombricomposteur qui pourra aussi être installé sur le balcon si vous en avez un. Il existe également la méthode Bokashi, venue du Japon, qui diffère légèrement car elle nécessite de fines couches d’activateurs (un mélange de son de blé, mélasse et de micro-organismes) qui dégage une légère odeur aigre-douce. La dernière solution, celle du tas de compost, nécessite une surface assez conséquente. Ce dernier devra donc être isolé dans un jardin.

  • Comment composter ?

  • Afin de réussir votre compost, veillez à suivre quelques règles. Ce dernier doit être réalisé à partir de déchets organiques uniquement. Les autres types d’ordures sont donc à proscrire : métal, verre, plastique, litière et excréments d’animaux ainsi que les viandes et poissons car ils vont engendrer de mauvaises odeurs. L’équilibre entre azote (matières vertes, fraiches et tendres) et carbone (éléments plus secs, durs et marrons) est important pour un bon compost. Pour vous y retrouver, la quantité de carbone doit être 20 à 30 fois plus importante que celle d’azote. Ensuite, veillez à bien mélanger votre compost à chaque fois que vous y ajoutez quelque chose, cela va déclencher le processus de fermentation et à ajouter un peu de terre ou de terreau. Pensez également à alterner les déchets secs et humides. En effet, soyez bien attentifs à l’humidité du composteur car elle est déterminante. A partir de quelques jours (suivant votre modèle de composteur), vous pourrez récupérer le thé de compost (liquide), qui vous servira à fertiliser vos plantes en pots par exemple et après quelques mois, votre compost sera prêt à être utilisé comme engrais. Si vous vivez en appartement, nous vous conseillons d’opter pour le lombricompostage. En effet, ce dernier est plus rapide, ne nécessite pas d’être mélangé car ce sont les vers qui travaillent et il ne dégage aucune odeur.

Vous êtes prêts à vous lancer dans le compostage de cuisine ? Nos concepteurs Mobalpa sont là pour vous aider à trouver la solution de compostage la plus adaptée à votre intérieur.

 

 

 

Retrouvez nos autres articles sur la thématique Cuisine Responsable :